Cabinet du Dr Brigitte Picandet

Un mode alimentaire à suivre en toute saison : le type méditerranéen

Depuis quelques années, les rapports s’accumulent pour décrire les bienfaits du régime alimentaire méditerranéen sur la santé et en particulier son effet protecteur sur les maladies cardiovasculaires. Rappelons que cette alimentation repose sur la triade légendaire « olivier, blé, vigne » sans oublier la composante « convivialité des repas ». Cela se traduit, à table, par la consommation préférentielle d’huile d’olive, de céréales, de légumes, de poissons, de raisin et de son dérivé le vin.

Une étude récente vient apporter une information supplémentaire sur le sujet. Elle s’est intéressée à l’une des propriétés essentielles du cœur : sa force de contraction.

Un groupe de 1937 New-yorkais de toutes origines ethniques, des deux sexes et âgé en moyenne de 67 ans a participé à cette étude. Il s’agissait de recueillir, chez chacun des participants, deux paramètres, à savoir d’une part sa force contractile cardiaque et d’autre part son adhésion au type méditerranéen. Le premier paramètre était estimé par échocardiographie. Le deuxième était évalué par un questionnaire permettant d’établir un score allant de 0 à 9 : 0 pour un mode très éloigné et 9 pour une adhésion complète.

Que nous apprend cette étude ?

Les auteurs (Gardener H, Rundek T Wright CB, Gu Y, Scarmeas N, Homma S, Russo C, Elkind MS, Sacco RL et Di Tullio MR) travaillant à l’université de Miami ou de Columbia, ont présenté leurs résultats dans l’article paru récemment dans la revue American Journal of Cardiology (ref= Feb 2015-115-pages 510-514). Ils ont montré un lien significatif entre force contractile du cœur et degré d’adhésion au mode alimentaire méditerranéen. Plus l’alimentation était proche du type méditerranéen, plus le cœur avait une capacité de contraction élevée. Le résultat restait significatif après avoir pris en compte différents facteurs susceptibles d’influencer les données, dont le poids, la pression artérielle, etc.

Que faut-il en retenir ?

Comme le soulignent les auteurs, cette observation ne donne pas d’explication sur les mécanismes par lesquels l’alimentation de type méditerranéen agit. Toutefois, elle apporte des données venant conforter les connaissances sur l’effet protecteur de ce mode alimentaire.