Cabinet du Dr Brigitte Picandet

De l’influence de la diversité des aliments

Penser que supprimer certains aliments de votre assiette, ce qui revient à réduire la variété de l’offre, va vous aider à perdre du poids, paraît une idée simple et de bon sens, qu’en est-il en pratique ?

Une illustration supplémentaire pour rejeter cette croyance dans l’efficacité des régimes restrictifs est apportée par une étude américaine récemment publiée (1). Il s’agit d’évaluer le lien entre diversité des aliments ingérés et évolution pondérale chez des adultes en surpoids ou obèses.

Maya Vadiveloo, une chercheuse du département de Nutrition de l’Université de Harvard (Boston – USA ) a d’abord établi un index de diversité « HFD » pour « Healthy Food Diversity » (2). Cet index est le reflet de la variété et de la qualité de l’alimentation, en utilisant une classification des différents aliments en 26 catégories. Il est calculé à partir des données recueillies par enquête alimentaire de 2 fois 24 heures. Il est compris entre 0 et 1, plus sa valeur est proche de 1 et plus l’apport alimentaire de la personne est diversifié.

Un groupe de 367 personnes, âgées de 30 à 70 ans, participant à un programme de contrôle pondéral, a été suivi pendant deux ans. Leur index de variété a été mesuré à 6 mois et à deux ans. Trois sous-groupes de même taille ont été constitués, selon que leur index HFD a diminué (D1), est resté stable (D2) ou a augmenté (D3) au cours du suivi. Les résultats montrent que le groupe D3 a une perte de poids supérieure et que celle-ci se maintient à deux ans (moins 4 kg) par rapport aux deux autres groupes (moins 1.8 kg). Les autres paramètres relatifs au poids (index de masse corporelle, tour de taille, taux de tissu gras, notamment) sont tous améliorés dans le groupe D3 par rapport aux deux autres groupes.

Que nous apprend cette étude ?

L’auteur conclut à un effet protecteur de la diversité alimentaire vis-à-vis du risque d’obésité, elle évoque, comme interprétation possible de ces résultats, un lien entre la diversité des plats et une plus grande satisfaction lors des repas, aboutissant à une meilleure adhérence aux recommandations nutritionnelles reçues.

D’autres auteurs pourraient y voir ici l’impact positif de cette diversité alimentaire sur la richesse de la flore digestive microbienne.

Que faut-il en retenir ?

Le protocole suivi dans cette étude ne permet pas de conclure de façon formelle à un effet causal entre augmentation de la diversité alimentaire et meilleur contrôle pondéral mais l’effet observé, qui se confirme entre le temps 6 mois et le temps 2 ans donc à moyen terme, constitue un argument intéressant.

En pratique, ces observations sont une incitation à ne pas limiter le choix de ses aliments, voire à élargir la palette de ses plats.

Références

(1) Vadiveloo MSacks FMJ Nutr. 2016 Jun 29. pii: jn224683, Greater Healthful Dietary Variety Is Associated with Greater 2-Year Changes in Weight and Adiposity in the Preventing Overweight Using Novel Dietary Strategies (POUNDS Lost) Trial

(2) Vadivello M , Beth Dexon et al, J Nutr 2015, 145, 555-63, Dietary variety is inversely associated with body adiposity among US adults using a novel food diversity index